Petit con


Vingt-trois ans, Petit con, qu’avais-tu dans la tête ?
Courage ou lâcheté, je ne te juge pas ;
Tu as juste omis ta famille qui reste
Avec le cœur vide et plus toi dans les bras.

Quels étaient tes démons ? Quel était ton mal être ?
Toi qui a tout cassé juste avant dans finir.
Tu vivais bruyamment toujours dans le paraître,
Mais dis-moi simplement qui voulais-tu punir ?

As-tu vu tes copains inquiets de ton silence,
Quand ils t’ont aperçu passant par le balcon.
Devenu toi l’ami un gibier de potence ;
Mais tu t’étais jugé de ton œil de faucon.

La vie est un cadeau qu’avait offert ta mère,
Tu n’auras rien connu, tu n’as pas pris le temps.
L’existence est parfois peut être carnassière,
Il faut souvent lutter pour revoir le Printemps.

Nos cœurs sont partagés entre peine et colère,
Tu condamnes les tiens à l’enfer journalier
D’un parcours de douleur menant au cimetière,
Où devant ta photo tu vas tous les lier.


A TOI A.
Repose en Paix en espérant que tu trouveras ce que tu n’as pas trouvé ici.

28/01/2012 00:05


Ajouter un commentaire

Liste des commentaires (1)


Emouvant Carla devant ce mal être de la société actuelle

On a parlé, il y a peu de ce drame des suicides des jeunes sur l'A2

Je ne sais à quelle association, trouve, et envoie leur ton texte à diffuser dans les médias

Pourquoi pas, envoie le déjà à l'A2 ; s'ils le diffuse il aura un impact

"Qui sauve une seule vie, sauve une humanité"
Charly Chalom Lellouche , le 12 Février 2012