Qu'importe...


Quand Morphée est venu, elle l’a repoussé
Son amour est venu lui parler du passé
Enflammant son âme qui voulait rester sage
Qui croyait aujourd’hui voyager sans bagage.

La barque s’alourdit, on ne peut avancer
Arrêter par un mur que hier a dressé
Et la houle s’en vient en vagues de caresses,
Portant le goût amer de pensées chasseresses.

Pourquoi devoir partir quand on voudrait rester ?
Quand le cœur devient lourd et lui fait détester
Cette vie bien rangée qui est devenue sienne,
Rêvant de s’évader à travers la persienne.

Elle aurait tant voulu ne point lâcher la main
Qui avait su un jour lui montrer le chemin,
D’un monde merveilleux la rendant téméraire,
Mais c’était sans compter qu’il n’était que chimère.

Elle sait que sa vie restera un combat
Qui la fera plier sous la lourdeur du bât
Imposer par l’amour qui à jamais les lie
Mais qu’importe après tout si ce n’est que folie.

19/03/2013


Ajouter un commentaire