Les derniers textes de Charly Lellouche ...


La Vieille et la Belle
Un jour elle était belle cette vieille qui passe,
Un jour elle sera vieille cette belle en terrasse ;
Et elles se sont croisées, de même leurs regards ;
Qu'ont elles imaginé dans leurs pensées sans fards ? ...

P. & L. 85, Jusqu'à quand les méchants ?
Jusques à quand Mon D. faut-il que le méchant
L'emporte sur le bien et pavoise en riant ?
Il s'enivre du mal et plus rien ne l'arrête,
Pourquoi réussit-il quand ce n'est qu'une bête ? ...

Fam : À Elliot et Myriam, Mariage.
Il m'a fallu attendre pour écrire ce mot,
Qu'en ce soir de Houppah, le bonheur vous unisse ;
Tu le sais bien Elliot, je t'ai connu marmot,
Voila tu te maries, que le Ciel vous bénisse, ...

Dans ce vieux restaurant
Dans ce vieux restaurant où tu ne viens jamais,
J'ai connu des amis, j'ai appris des secrets
Dans ce vieux restaurant où tu ne viens jamais,
Là chacun s'épanchait, parlant de ses regrets. ...

Un après midi comme un autre
Mon D. que c'est bon parfois de ne rien faire, de ne penser à rien en lézardant au soleil, simplement fermer les yeux, s'assoupir ou dormir
Et c'est là sur ma plage d'Israël, mon coin de Riviera
Personne à mes côtés, ne pas parler pour ne rien dire, et écouter le chant des vagues.
C'est l'hiver, les journées y sont courtes et, tôt dans l'après midi la brume peu à peu s'en vient ...

Aux aigris
Je vous ai oubliés à regarder la Mer,
À écouter sans fin la symphonie des vagues ;
Vos récriminations se diluent dans l'éther,
Vos négativités, en la danse des algues. ...

Sur une toile en bleu
Des yeux à vous fixer jusqu'à vous envoûter,
On ne sait s'ils sourient pour vous hypnotiser
Ou métal en fusion d'un regard impassible,
Où vous vous évadez et jusqu'à l'impossible. ...

Œuvre d'art
Aussi belle qu'avant, telle un tableau vivant,
J'aime te regarder, couchée sur ton divan ;
Comme un amateur d'art, je me fais ton mécène,
Et je te poétise, un peu metteur en scène. ...

Elle dort avec son ordi
Elle dort avec son ordi,
Elle dort toute seule dans son lit
Elle dort comme ça toutes ses nuits,
Bien sûr parce qu'elle s'ennuie ...

Fam : Papy Taly
Quand tu seras plus grand, Noam tu reliras
Ce poème d'amour que je mets en mon coffre
Car, de ta voix d'enfant me serrant dans tes bras,
Tu me disais "câlin", et je fondais sous l'offre. ...

Israël j'en suis fier
Mon pays d'Israël oh combien j'en suis fier,
Sorti de nulle part, déserts et marécages !
Sous un soleil de plomb, ceux venus de l'enfer
Ont bâti de leurs mains des villes et villages. ...

Trib : L'enfer de Mérah
J'ai lu avec horreur qu'au cours de son procès, le frère aîné a osé :
"Tous les jours, j'espère que mon petit frère est au paradis'"
Abject en ce qu'il appelle là, "son 'engagement religieux", de même pouvoir penser, un seul instant croire en ce dogme, après les affreuses tueries de son frère damné que je ne nomme plus que "M. le maudit"
Je veux qu'on dise à ce frère qui porte le ...

Dis, quand vas-tu venir ?
On t’attend tous les jours selon la tradition,
Tu tardes à venir ! Où faut-il qu’on te cherche ?
Que fais-tu, où es-tu ? En Terre de Sion
Ou aux portes de Rome, ou au bord d’une brèche ? ...

Où es-tu poésie ?
Où es-tu poésie ? Il me manque une rime,
Ton souffle incomparable, sa musicalité…
Où t’en es tu allée ? Ais-je commis un crime
Pour que se soit enfui ton goût d’éternité ? ...

Portrait d’automne
Les feux de ses cheveux, aux couleurs de l’automne,
Encadrent son visage en leur flot harmonieux,
Sans nous faire oublier que, si l’orage tonne,
Ils mettront en valeur le ciel bleu de ses yeux. ...